Articles au hasard

2013

- Choisir un nouveaux poste.

L'examen visuel des berges d'un plan d'eau, permet assez facilement d'imaginer quel est le profil de la partie immergée et même d'en deviner de façon générale, quelle en est la texture. Il ne faut pas hésiter à passer de longs .......

29.04.2012

Pour sonder un poste, il suffit de projeter à l'aide d'une canne à carpe, un ensemble composé d'un marqueur/sondeur et d'un plomb de 110grs directement sur le coup. Le marqueur/sondeur est une sorte de flotteur avec un émerillon d'un côté et une partie colorée de l'autre.

 

Etre seul au monde , tout à sa pêche ne veut pas dire de ne pas donner de nouvelles à ceux qui sont restés à la maison. Ils peuvent aussi s'inquiéter pour nous. Les rassurer fera toujours plaisir. Donc le téléphone est toujours en sécurité. En rase campagne, c'est parfois le seul lien avec les autres......

 

 

ll.......

Les articles de carpe & eau

Pêche carpe en duo ou en solo

Je vous soumets à titre de réflexions quelques remarqes sur la pêche en solo ou en équipe. Celà n'engage que moi mais celà peut donner quelques idées...

peche de la carpeD'abord et avant tout, on ne pêche pas partout en solo. Surtout s'il y a des nuits à la clef... J'ai habité très longtemps en région parisienne, les carpiste du coin me comprendront aisément, ceux d'autres grandes villes aussi. Ce n'est pas n'importe où et ce n'est surtout pas quand on débute... Il y a beaucoup trop de chose à savoir maitriser avant de se lancer dans le grand bain tout seul. Tout seul veut dire aussi dominer toutes les difficultés. Celles de la pêche ne sont pas les plus difficiles et les plus dangeureuses. C'est d'abord savoir gérer une logistique sans faille, sans aucune erreur et sans aucun oubli... Mais c'est aussi maitriser toutes les situations, à tous moments. En sachant que l'on ne pourra jamais tout prévoir... Comme la glissade sur la berge mouillée avec entorse à la clef ou bien débusquer un nid de guêpes avec le pied du bedchair.... la liste peut être très longue... Seul, je ne fais jamais de feu de camp, même si j'en ai la possibilité. Le bivouac, mes affaires de pêche, tout est parfaitement rangé. A tout moment. Il peut y avoir des surprises, deux départs simultanés ou un coup d'orage aussi soudain que violent... Il ne faut pas céder à la panique. Jamais. Donc tout anticiper au maximun, pour ne pas se faire surprendre. Petit truc bête : je pense à éteindre mon réchaud si j'ai un départ, avant d'aller sur la canne "qui va bien"... Celà peut sauver un repas !!

 

Etre seul au monde , tout à sa pêche ne veut pas dire de ne pas donner de nouvelles à ceux qui sont restés à la maison. Ils peuvent aussi s'inquiéter pour nous. Les rassurer fera toujours plaisir. Donc le téléphone est toujours en sécurité. En rase campagne, c'est parfois le seul lien avec les autres : alors on y pense avant de finir les fesses peche de la carpe entre amisdans l'eau (cà n'arrive pas qu'aux autres) et on ne le met pas dans une poche poitrine non fermée en se penchant qu dessus de l'eau pour epuiser un poisson.... (c'est du vécu !!) Faire de belles photos de ses poissons à deux, rien de plus facile. Tout seul... Un appareil photo avec retardateur ou télécommande sur pied s'impose dans ce cas de figure. Le jour où tu oublies l'appareil photo à la maison, c'est toujours le jour où il ne fallait pas. Donc tout celà figure sur ma check list, seul moyen d'etre certain de ne rien oublier (ou presque!) Bien organisé, toute la partie technique et logistique n'est pas un problème. Et une fois installé, en action de pêche, tu vis en harmonie complète avec le milieu qui t'entoure. Ne parlant pas, et bougeant moins tout seul qu'à deux, tu verras beaucoup plus de choses et parfois très près de toi.

Les oiseaux dans un premier temps, parfois d'autres animaux plus farouches encore, comme des chevreuils (sympa) des sangliers (un peu moins sympas ceux là !). J'ai même eu une fois le passage d'une martre à moins de 5 mètres... Et ce qui vaut pour les animaux "terrestres" vaut aussi pour les poissons. Enfin, je le pense. Selon le caractère de chacun d'entre nous, on se fait ou on ne se fait pas à la pêche en solo. Mais ce sont eux qui m'apporte le plus de plénitude et de sérénité au bord de l'eau. J'ai parfois l'impression de faire un voyage hors du temps. A deux, c'est la sécurité, l'aide et aussi de bons moments fait de complicité avec un ami. Les deux se valent et je ne les oppose pas. voilà quelques réflexions que je livre à votre sagacité. Une partie de pêche, c'est une partie de plaisir. Seul, dans un endroit isolé, c'est prudence. Dix fois prudence pour pouvoir l'apprécier et en revivre d'autres.