Articles au hasard

2013

Gout et odeur

Pour répondre à cette interrogation, un peu de biologie: Les aliments sont repérés par la carpe à l’aide de sa vue mais aussi et surtout grâce aux terminaisons nerveuses qu’elle possède sur l'ensemble de son corps. Les quatre barbillons, placés autour de la bouche, lui transmettent les messages chimiques dilués dans l’eau, la guidant vers sa nourriture, un peu comme le ferait le flair d’un chien. Animal à sang froid, la carpe doit, pour satisfaire ses besoins énergétiques, trouver dans sa nourriture un certain nombre d’éléments tels que des protéines

Un vent soutenu enrichit l'eau en oxygène et l'on sait que le taux d'oxygène est un facteur important en relation directe avec l'appétit des carpes. Lorsque le vent se lève, c'est plutôt positif car ce vent va pousser bon nombre de poissons dans la direction dans laquelle il souffle. Ce faisant il les rassemble dans un même secteur du plan d'eau.

Duo ou solo

Je vous soumets à titre de réflexions quelques remarqes sur la pêche en solo ou en équipe. Celà n'engage que moi mais celà peut donner quelques idées...

D'abord et avant tout, on ne pêche pas partout en solo. Surtout s'il y a des nuits à la clef... J'ai habité très longtemps en région parisienne, les carpiste du coin me comprendront aisément, ceux d'autres grandes villes aussi. Ce n'est pas n'importe où et ce n'est surtout pas quand on débute... Il y a beaucoup trop de chose à savoir maitriser avant de se lancer dans le grand bain tout seul.

Pour sonder un poste, il suffit de projeter à l'aide d'une canne à carpe, un ensemble composé d'un marqueur/sondeur et d'un plomb de 110grs directement sur le coup. Le marqueur/sondeur est une sorte de flotteur avec un émerillon d'un côté et une partie colorée de l'autre.

 

 

ll.......

Les articles de carpe & eau

Les besoins alimentaires des carpes

Animal à sang froid, la carpe doit, pour satisfaire ses besoins énergétiques, trouver dans sa nourriture un certain nombre d’éléments tels que des protéines, des vitamines et des oligo-éléments. Ce sont ces besoins vitaux qui influencent largement ses déplacements lors des phases d’alimentation. Il est intéressant de noter que les carpes ont d'importants besoins en protéines de l'ordre de 8 à 10g par kilo et par jour.

ecrevisse diner de carpeDes études, réalisées par des chercheurs du CNRS dans les années 80, ont démontrées que les protéines animales étaient beaucoup mieux assimilées par les carpes que celles d’origine végétale. Dépourvue d’estomac différencié comme nous l’avons déjà vu, la carpe a la capacité d’utiliser les différentes protéines alimentaires comme source d’énergie. Une partie de ces protéines est utilisée pour sa croissance, alors que l’autre est stockée au niveau du foie, lui servant à couvrir les besoins vitaux parmi lesquels l’activité cardio-respiratoire. Ces réserves hépatiques constituent pour elle une source d’énergie indispensable, lui permettant de faire face à la période de reproduction, pendant laquelle elle va utiliser beaucoup de ses forces, mais également durant la saison hivernale, lorsque la nourriture se fait plutôt rare dans son environnement.

Les protéines : On sait que, pour un poisson en pleine santé, se développant dans les meilleures conditions, les vitamines liposolubles A, D, E et K et les vitamines B1, B2, B6 et B12 doivent être à son menu à raison de 200mg par kilo de nourriture.

Les lipides :Les besoins réels en lipides chez la carpe restent incertains, mais on sait qu’un excès de matière grasse entraîne une dégénérescence lipidique du foie, ce qui peut, en cas d'ingestion massive, causer la mort du poisson.

Les glucides :On ne connaît pas non plus de façon très précise la quantité de glucides dont la carpe a besoin, mais on sait en revanche que les glucides à chaîne courte (glucose, saccharose, lactose) semblent être beaucoup mieux assimilés que ceux à chaîne longue comme l’amidon ou la cellulose.

Les oligo-éléments:On sait aussi que certains oligo-éléments comme le fer, le calcium, le magnésium ou l’iode par exemple, sont des éléments essentiels à une bonne croissance de la carpe. "Bien que le fait de connaître l'ensemble de ces éléments soit important pour le pêcheur, il serait faux d’imaginer qu’en réalisant un appât composé avec les vitamines et oligo-éléments décrits ci-dessus il puisse obtenir l'appât idéal, permettant de capturer toutes les carpes du plan d'eau!"

L'influence des saisons : Les phases d’alimentation de la carpe sont fortement influencées par les besoins de bouillettes carpecarpesla température, le vent, ou encore la pression atmosphérique. Ce sont ses besoins du moment que l'on nomme les tropismes qui la dirigeront naturellement vers la nourriture la plus appropriée, privilégiant celle qui lui amène le plus d’éléments vitaux comme les protéines, les lipides, les glucides et les oligo-éléments. Le rythme des saisons va donc très fortement conditionner la fréquence de son activité alimentaire ainsi que le type de nourriture recherchée. Au printemps les carpes fixeront d’avantage leur attention sur les grands crustacés benthiques comme les écrevisses ou les moules d'eau douce(en plein développement à cette période de l’année), constituant ainsi une forte réserve de protéines animales, indispensables pour appréhender la période de fraie et l'arrivée de l’été et des chaleurs caniculaires. En été:les fortes chaleurs vont entraîner une baisse générale du taux d’oxygène dissout dans l'eau, les carpes rechercheront alors en priorité la proximité des végétaux (qui produisent de l’oxygène et de l'ombre la journée), et se tourneront tout naturellement pour s'alimenter vers la faune spécifique vivant en ces lieux (limnées, petits crustacés, corbicules, mais aussi alevins, têtards, etc.). En automne elles adopteront au contraire pour un régime géographiquement variable, intensifiant leur période d'activité alimentaire et élargissant leur secteur de recherche à l'ensemble du plan d'eau. Elles rechercheront donc toute présence de nourriture(à la fois végétale et animale) dans le but de reconstituer leurs réserves en prévision des grands froids, puis progressivement effectueront un retour vers un régime alimentaire beaucoup moins intense, voire inexistant. En hiver les faibles températures vont conduire les carpes à se tourner vers un régime très particulier, composé principalement d'éléments benthiques comme les larves et les invertébrés qu'elles pourront trouver à proximité de leurs zones de tenue. En dessous de 8°C, elles pourront même cesser toute forme d'activité alimentaire, ne vivant alors que sur les réserves effectuées durant l'automne. Au sortir de cette période, elles reviendront progressivement à un régime plus équilibré au fur et à mesure du réveil de la nature.