Articles au hasard

2013

Gout et odeur

Pour répondre à cette interrogation, un peu de biologie: Les aliments sont repérés par la carpe à l’aide de sa vue mais aussi et surtout grâce aux terminaisons nerveuses qu’elle possède sur l'ensemble de son corps. Les quatre barbillons, placés autour de la bouche, lui transmettent les messages chimiques dilués dans l’eau, la guidant vers sa nourriture, un peu comme le ferait le flair d’un chien. Animal à sang froid, la carpe doit, pour satisfaire ses besoins énergétiques, trouver dans sa nourriture un certain nombre d’éléments tels que des protéines

Un vent soutenu enrichit l'eau en oxygène et l'on sait que le taux d'oxygène est un facteur important en relation directe avec l'appétit des carpes. Lorsque le vent se lève, c'est plutôt positif car ce vent va pousser bon nombre de poissons dans la direction dans laquelle il souffle. Ce faisant il les rassemble dans un même secteur du plan d'eau.

Duo ou solo

Je vous soumets à titre de réflexions quelques remarqes sur la pêche en solo ou en équipe. Celà n'engage que moi mais celà peut donner quelques idées...

D'abord et avant tout, on ne pêche pas partout en solo. Surtout s'il y a des nuits à la clef... J'ai habité très longtemps en région parisienne, les carpiste du coin me comprendront aisément, ceux d'autres grandes villes aussi. Ce n'est pas n'importe où et ce n'est surtout pas quand on débute... Il y a beaucoup trop de chose à savoir maitriser avant de se lancer dans le grand bain tout seul.

 

 

ll.......

Les articles de carpe & eau

La memoire des carpes

Avant d’essayer de décrire le fonctionnement psychique des carpes, il me parait essentiel de définir quelques notions souvent confuses.

Différence entre instinct, mémoire et intelligence:

 

1. L'instinct: l’instinct, appelé chez les carpes les tropismes pousse celles-ci à faire quelque chose en fonction de facteurs invisibles(exemple: le tropisme de reproduction qui les pousse à quitter les zones de sécurités pour se rendre en grand nombre dans des zones où elles sont particulièrement vulnérables en dépit de leur méfiance habituelle). Parfois cet instinct est tellement fort qu’il pourrait facilement nous fait croire par anthropomorphisme que l’animal est intelligent. Les tropismes sont en quelque sorte le résultat de la mémoire innée, des connaissances pré-acquises qui poussent pousse les carpes à agir dans un but précis comme la quête importante de nourriture pour subvenir à leurs besoins en énergie assurant leur survie durant la saison la plus froide.

 

2. La mémoire: la mémoire vient de la faculté de certaines cellules nerveuses à reconnaître un ensemble de stimulis qui conduit (ou ont pu conduire) certains individus à une situation particulière. La mémoire se forme et croît en fonction des expériences de chacun et peuvent être complètement différents d'un individu à un autre 3. L'intelligence: l’intelligence est la capacité de créer et d’inventer. C’est la capacité qu'a un individu àraisonner. Bien que les scientifiques dans leur majorité aiment à penser que la distinction entre les êtres vivants et l’homme vient de l’intelligence supérieure de ce dernier, il semble évident qu’il y a plusieurs degrés d’intelligence. Un indice de l’évolution: Pourtant à en voir le comportement des carpes et surtout leur évolution dans le temps, on pourrait tout à fait penser que les carpes sont capables de raisonnement et donc d’intelligence. Vous êtes nombreux à avoir remarqué que lorsque la pression de pêche est grandissante, les carpes se méfient des zones classiques de pêche. On peut assez facilement croire qu’elles pensent: "ici, dès qu’on s’alimente, y a problème, alors allons manger autre part!" Dans ce cas précis, il s’agit bien d’un raisonnement. Il analyse une situation, puis réfléchit et tire une conclusion, et prend alors une décision.

memoire de carpeOn peut alors parler d’intelligence La mémoire associative: Pourtant on pourrait aussi ascocier cette attitude à un phénomène tout à fait opposé. Une carpe qui passe sur cet endroit, en visualisant le lieu se remémore une situation fortement désagréable. Elle se sent mal et apeurée s'enfuit. Dans ce cas il s’agit de mémoire associative. La mémoire de l’animal a associé une scène négative et son instinct(ou tropisme) le pousse à fuir. Dès lors on peut se dire que l’intelligence ne peut se créer et n'existe que si il y a de la mémoire. La mémoire associative peut agir que si il y a de l’instinct. Mais finalement, l’intelligence ne serait elle pas qu’un outil pour répondre aux instincts primaires : la survie et la reproduction. Ainsi, une carpe essayant de déjouer les pièges des pêcheurs ne répond elle pas tout simplement à son instinct de survie Mais revenons à la physiologie du cerveau. Les chercheurs se sont aperçus que les animaux que l’on dit être les plus intelligents (dauphins, rats, perroquets, sturnidés, félins, canins etc.) avaient tous un point commun. Les cerveaux de ces animaux avait une densité de nerfs égale (comme la majorité des animaux), un cerveau de taille très variable mais surtout un cerveau très riche en vaisseau sanguins. Indépendamment de la taille du cerveau, c’est surtout la richesse du réseau d’irrigation sanguine qui semble jouer un rôle prépondérant. Notre cerveau humain étant le plus richement irrigué. Cet argument semble bien démontrer à l’inverse des pensées philosophiques que les animaux sont doués d’intelligence à des degrés certes inférieures aux nôtres. De la à dire que la carpe est un animal intelligent il n’y a qu’un pas. La carpe a en effet le cerveau le plus irrigué des poissons d’eau douce, certes bien moins que nous autres humains. S'il est certain que son intelligence est limitée, on peut toutefois imaginer sans trop se tromper que les comportements que nous observons face à une pression de pêche soutenue est bien un signe de cette intelligence