Articles au hasard

2013

Peche en hivers

Depuis toujours, il était assez commun de croire peche de la carpe en hiversque les carpes ne se nourrissaient plus durant tout l'hiver et même qu'elles s'enfouissaient dans le vase jusqu'au printemps suivant. Donc, dès les premiers signes annonciateurs de la saison froide, les pêcheurs avaient pris l'habitude de remiser leur matériel de pêche au garage, en attendant des jours meilleurs. L'avènement la pêche de la carpe aux techniques modernes dans les années 80 fit découvrir aux pêcheurs Français

Comment amorcer

ll n'existe pas une seule et unique façon d'amorcer, mais plusieurs techniques mais amorcage carped'amorçages différentes qui vont varier les unes des autres en fonction des conditions de pêche rencontrées. On n'aborde en effet pas de la même façon un étang, un canal, une gravière, un réservoir ou encore un grand lac de barrage. D'autes facteurs entrent encore en ligne de compte comme par exemple

Essayons de bien nous tenir

carpiste tenez vous bien

 

 

 

Notre comportement est ' il toujours en accord avec l'image carpiste que nous nous targuons de véhiculer? Car respecter les poissons , parfois pour se donner bonne conscience , ne suffit pas à faire de nous des pêcheurs fréquentables. rassurez vous je n'ai rien d'un moraliste , ni d'un gardien de l'ordre et encore moins d'un partisan du " politiquement correct ".

 

Sauts de carpes

Les carpes qui sont habituellement considérées comme des poissons plutôt discrets, n'en finissent pas de trahir leur présence par de nombreux sauts, à la fois bruyants et visibles de tous. Quelles sont donc les raisons qui les poussent à se manifester ainsi? David Tartaglione dans son excellent livre "Secrets de carpes " tente de répondre à cette interrogation en classant les différents sauts de carpes en 4 catégories:

 

 

ll.......

Les articles de carpe & eau

Pecher la carpe en canal

Pêche de la carpe canal

Dès le 18ème siècle, les canaux ont été créés en France pour acheminer, grâce à des embarcations, des matières premières comme le bois, les pierres, le sable, le charbon, puis plus tard les métaux. Au départ, ces peche en canalembarcations n'étaient que de simples barges tirées par des chevaux, sur lesquelles étaient stockées les marchandises. Le profil des premiers canaux existants avaient la forme d'un V et les berges étaient de simples chemins de halages, d'une largeur égale au passage d'un ou deux chevaux. Plus tard des machines à vapeur ont remplacées peu à peu les chevaux ce qui a demandé une meilleure stabilité des berges et une largeur plus importante des canaux. Pour réduire le coût que représentait cet aménagement, un seul côté des berges fut destinée au halage alors que l'autre était abandonné à la nature, ce qui donna un profil avec une des berges stabilisée tombant à pic et une autre descendant en pente douce jusqu'au fond plat. Cette berge a, bien plus que l'autre, subit les effets du temps et sur certains endroits la végétation s'est implantée, donnant naissance à de véritables "hot spots". Dans une période plus récente, les péniches furent équipées de moteurs. Elles devinrent plus grandes plus profondes et plus lourdes. Pour leur permettre de naviguer dans de bonnes conditions, des canaux à grands gabarits furent alors construits. Leurs profils sont le plus souvent composés de deux pentes douces partant de chaque côté et d'une partie plus profonde en son milieu. La pêche dans ce type de canal est différente de celle pratiquée dans les canaux à gabarit plus réduits et s'apparente plus à la pêche en grandes rivières.

Le repérage: Pour aborder la pêche en canaux de gabarits moyens, il est plus encore que partout ailleurs, indispensable de procéder à un repérage très méticuleux. Pour le néophyte, le choix d'un bon poste représente souvent en ces lieux une véritable énigme, voyons ensemble comment faire. Les différents postes de pêche: La règle est simple, pour choisir un bon poste en canal, il convient de s’installer partout où la monotonie des fonds ou celle des berges se trouve être rompue. Les zones les plus larges, généralement réservées aux manœuvres des péniches, seront intéressantes à prospecter, de même que tous les secteurs de palplanches, les cassures de rives, la proximité de la végétation présente sur les berges, les croisements avec d'autres canaux, toutes les arrivées d'eau, de même que l’intérieur des virages où le dépôt de vase est plus important. Ne pas non plus négliger la banquette la plus proche des berges ainsi que toutes les zones moins profondes où les nénuphars, les peche en canaljoncs et toutes les autres plantes aquatiques concentrent les insectes. Pour finir, citons aussi les ports, les quais de chargement, les silos, mais aussi les postes régulièrement amorcés par les pêcheurs au coup et les écluses! La plupart des canaux sont barrés par des écluses, qui servent à réguler le niveau de l'eau et à faire passer les embarcations d'un niveau à l'autre. Les écluses, à elles seules, sont des hot-spots. Chaque écluse donne naissance a un nouveau bief, dont les caractéristiques ne sont pas forcément identiques à celles du bief précédant. De la même manière, la population et la taille des carpes vivant dans chacun de ces biefs est plus ou moins importante! Comme elles sont généralement issues d'une même souche, on peut alors penser que si un secteur donne régulièrement de gros poissons, c'est sans nul doute du au potentiel de nourriture naturelle présent dans ce bief et que cette portion du canal est un lieu à prospecter en priorité. L'importance d'un repérage sur les lieux est donc nécessaire et il ne faut pas hésiter à entrer en contact avec les pêcheurs présents sur les lieux, même s'ils ne sont pas pêcheurs de carpes.
Chaque écluse possède une entrée et une sortie. Les carpes qui y vivent, selon la partie où elles évoluent, ne vont pas s'y comporter de la même façon, et ne pas rentrer en activité a la même heure. Ceci est du principalement à la température et à l'oxygénation de l'eau. Dans la partie haute(en amont), l'eau est plus chaude et la nourriture arrive en permanence grâce au courant de fond. Dès que le soir arrive, la température baisse et les carpes vont se mettre en activité et remonter l'ensemble du canal, parcourant plusieurs centaines de mètres pour rechercher leurs pitance. Commencer à amorcer un spot à une centaine de mètres des écluses permet souvent de prendre des carpes en début de soirée et durant la nuit. Le bas de l'écluse(l'aval) à l'inverse sera généralement plus frais et mieux oxygéné. Les carpes s'y trouveront beaucoup mieux durant la journée. Toutefois, elles auront tendance à se maintenir dans la couche d'eau supérieure pour ne descendre se nourrir sur les fonds que par intermittence, à partir du lever du jour seulement. Les départs y seront donc plus rares mais ils peuvent toutefois réserver quelques surprises de taille. L'amorçage: L'amorçage devra se faire sur une zone assez large de plusieurs dizaines de mètres. Il a pour but principal, non pas de fixer les carpes du secteur sur un endroit précis, ce qui s'avère quasiment impossible, mais de les habituer à consommer les mêmes produits que ceux qui seront présentés plus tard à l’hameçon. Deux hypothèses sont alors à envisager: Soit les brèmes, les poissons chats et les autres poissons blancs sont présents en nombre sur le site, dans ce cas seules les bouillettes vont s’imposer. Toutefois, pour résister à l'attaque de ces indésirables, il est impératif de veiller à ce qu’elles soient suffisamment dures et d'un diamètre d'au moins 22/24mm pour ne pas être dévorées. Le mieux est d'en distribuer quelques poignées à la volée sur le poste choisi durant les 2/3 jours précédant la partie de pêche. Le jour J, il suffira au pêcheur de présenter un montage accompagné de quelques bouillettes pour parfaire le piège.