Articles au hasard

2013

Peche en hivers

Depuis toujours, il était assez commun de croire peche de la carpe en hiversque les carpes ne se nourrissaient plus durant tout l'hiver et même qu'elles s'enfouissaient dans le vase jusqu'au printemps suivant. Donc, dès les premiers signes annonciateurs de la saison froide, les pêcheurs avaient pris l'habitude de remiser leur matériel de pêche au garage, en attendant des jours meilleurs. L'avènement la pêche de la carpe aux techniques modernes dans les années 80 fit découvrir aux pêcheurs Français

Comment amorcer

ll n'existe pas une seule et unique façon d'amorcer, mais plusieurs techniques mais amorcage carped'amorçages différentes qui vont varier les unes des autres en fonction des conditions de pêche rencontrées. On n'aborde en effet pas de la même façon un étang, un canal, une gravière, un réservoir ou encore un grand lac de barrage. D'autes facteurs entrent encore en ligne de compte comme par exemple

Essayons de bien nous tenir

carpiste tenez vous bien

 

 

 

Notre comportement est ' il toujours en accord avec l'image carpiste que nous nous targuons de véhiculer? Car respecter les poissons , parfois pour se donner bonne conscience , ne suffit pas à faire de nous des pêcheurs fréquentables. rassurez vous je n'ai rien d'un moraliste , ni d'un gardien de l'ordre et encore moins d'un partisan du " politiquement correct ".

 

Sauts de carpes

Les carpes qui sont habituellement considérées comme des poissons plutôt discrets, n'en finissent pas de trahir leur présence par de nombreux sauts, à la fois bruyants et visibles de tous. Quelles sont donc les raisons qui les poussent à se manifester ainsi? David Tartaglione dans son excellent livre "Secrets de carpes " tente de répondre à cette interrogation en classant les différents sauts de carpes en 4 catégories:

 

 

ll.......

Les articles de carpe & eau

Pecher la carpe en riviere (technique)

Avec son courant, ses encombrements naturels, ses nombreuses cachettes naturelles et sa longueur sans limites pour le déplacement des poissons, la rivière est un espace de pêche fantastique mais pas toujours si facile que ça à aborder pour un pêcheur habitué à pratiquer en plan d'eau... Le matériel: En premier lieu, il lui faudra légèrement modifier son équipement en troquant les cannes habituellement utilisées pour pêcher en plan d'eau par d'autres plus courtes et plus puissantes(3.60m de long pour 3lbs de puissance par exemple) Le nylon devra être d'un minimum de 35 centièmes de diamètre pour résister à l'abrasion et pour faire face à la puissance fantastique des poissons de rivière. On utilisera un plombage d'un poids minimum de 140g monté en dérivation, dont la forme est conçue pour résister au courant, comme les plombs montre par exemple. Pour bien plaquer au fond de l'eau, le corps de ligne se terminera par une longueur de 1 m de lead-core puis par un bas de ligne de 30/35cm. Cette longueur un peu plus importante que celle employée généralement dans les plans d'eau donnera, compte tenu de l'action du courant, un peu plus de mouvement à l'appât. Les hameçons quant à eux devront être choisis parmi les plus solides et de préférence forts de fer. La localisation: Tout d'abbord, avant de vous attaquer à la pêche proprement dite, prenez le temps d'observer le moindre signe qui vous permettra de repérer les carpes: sauts, fouilles, marsouinages, etc. Essayez de repérer le passage emprunté par les carpes entre deux zones de quiétude ou d'alimentation. Ce pourra être la plupart des obstacles naturels comme les arbres immergés ou les courbes et les cassures, ou bien des lieux susceptibles d'abriter de la nourriture naturelle comme les herbiers par exemple ou les vielles peche carpesouches noyées tapissées de moules et aux racines gorgées d'écrevisses. Ce pourra être aussi toutes les réalisations humaines qui brisent le courant, parmi lesquelles on peut citer les piles de ponts et les enrochements en épi chargés de consolider les berges. L'amorce: Pour réaliser une bonne partie de pêche, il va falloir détourner le poisson de ses mets familiers en l'habituant à se nourrir de vos appâts. L'amorce que j'utilise le plus souvent pour y parvenir est composée de maïs, de chènevis, de pellets, de Frolic coupés en morceaux et de quelques bouillettes identiques à celles que je vais utiliser pour pêche.

L'amorçage:
L'amorçage devra être distribué chaque jour à heures fixes, une bonne semaine avant le jour J, sachant que sur un poste autorisé à la pêche de nuit l'amorçage devra se faire de préférence en fin de journée (pour que les carpes s'habituent à manger durant la nuit) alors que si la pêche ne peut se faire que de jour, il sera plus judicieux d'amorcer le poste au petit matin, pour que les poissons s'habituent à venir manger pendant la journée. La quantité à déverser peut varier du simple au double en fonction du cheptel, de la saison et de nombreux autres facteurs. En tout état de cause elle doit être relativement conséquente et distribuée chaque jour sur une large zone pour avoir une chance d'être consommée par les carpes du secteur… Cet amorçage doit être progressif dans les premiers temps pour parvenir à fixer les carpes, et se réduire petit à petit dans un second temps, pour que le jour choisi pour pêcher, les carpes soient en attente de nourriture…

L'action de pêche:
Généralement, les carpes de rivières se tiennent dans une zone se situant entre le courant et les parties les plus calmes. C'est donc sur cette partie de la rivière, où se déposent les alluvions et où les carpes aiment à stationner pour se reposer et rechercher leur pitance, bien à l'abri des herbiers ou des massifs de nénuphars, que devront être naturellement déposés notre amorçage et plus tard nos appâts.
La pêche de rivière se pratique plutôt près du bord et il convient donc pour le pêcheur de veiller à être particulièrement discret sous peine de voir les carpes présentes déguerpir définitivement. Dans ce même souci de discrétion, le pêcheur devra se placer en amont du coup, les cannes hautes pour soustraire le plus possible la bannière à la poussée du courant, mais aussi à éviter toutes les matières dérivantes. Après chaque prise, il est important de relancer à chaque fois une poignée d'amorce sur le coup pour maintenir l'activité des poissons.

Résumé:
En résumé, je dirais que la pêche en rivière en dehors du fait qu'il faille réaliser un amorçage d'accoutumance parfois contraignant si l'on n'habite pas à proximité de la rivière, n'est pas beaucoup plus difficile que la pêche réalisée en plan d'eau. Par contre le côté bucolique, en harmonie complète avec la nature, y est en tout cas beaucoup plus présent. C'est vraiment LA PËCHE à essayer par tous ceux qui ont du mal à supporter les plans d'eau bruyants et trop fréquentés.