Articles au hasard

2013

Peche en hivers

Depuis toujours, il était assez commun de croire peche de la carpe en hiversque les carpes ne se nourrissaient plus durant tout l'hiver et même qu'elles s'enfouissaient dans le vase jusqu'au printemps suivant. Donc, dès les premiers signes annonciateurs de la saison froide, les pêcheurs avaient pris l'habitude de remiser leur matériel de pêche au garage, en attendant des jours meilleurs. L'avènement la pêche de la carpe aux techniques modernes dans les années 80 fit découvrir aux pêcheurs Français

Comment amorcer

ll n'existe pas une seule et unique façon d'amorcer, mais plusieurs techniques mais amorcage carped'amorçages différentes qui vont varier les unes des autres en fonction des conditions de pêche rencontrées. On n'aborde en effet pas de la même façon un étang, un canal, une gravière, un réservoir ou encore un grand lac de barrage. D'autes facteurs entrent encore en ligne de compte comme par exemple

Essayons de bien nous tenir

carpiste tenez vous bien

 

 

 

Notre comportement est ' il toujours en accord avec l'image carpiste que nous nous targuons de véhiculer? Car respecter les poissons , parfois pour se donner bonne conscience , ne suffit pas à faire de nous des pêcheurs fréquentables. rassurez vous je n'ai rien d'un moraliste , ni d'un gardien de l'ordre et encore moins d'un partisan du " politiquement correct ".

 

Sauts de carpes

Les carpes qui sont habituellement considérées comme des poissons plutôt discrets, n'en finissent pas de trahir leur présence par de nombreux sauts, à la fois bruyants et visibles de tous. Quelles sont donc les raisons qui les poussent à se manifester ainsi? David Tartaglione dans son excellent livre "Secrets de carpes " tente de répondre à cette interrogation en classant les différents sauts de carpes en 4 catégories:

 

 

ll.......

Les articles de carpe & eau

Pecher la carpe en riviere (technique)

Pour avoir sévit de longues années en région parisienne (Marne, Seine et Oise) je vais indiquer quelles sont (à mes yeux) les principales différences avec la pêche en eaux calmes, type grand lac ou étang). Tout d'abord, tu ne peux pas y pêcher toute l'année. Ce ne sont pas les dates qui dirigent la pêche mais dans tous les cas le courant... et lui ne dépend que des précipitations sur les bassins versants des rivières... Pour donner un petit aperçu, au quiver à 10 mètres du bord, berge côté amorti j'ai utilisé parfois des plombs jusqu'à 80 grammes à cette époque de l'année... Ce qui gêne le plus n'étant pas le courant par lui même mais tout ce que charrie la rivière, les débris végétaux en tous genres (à ce moment de l'année toutes les tailles de haies que bien des riverains balancent à l'eau et à l'automne ce sont les herbiers qui se défont...)

D'une manière générale tu pêches sous tes cannes.(ou oublie à la maison le bateau amorceur et les lancers sur la berge d'en face !) D'abord, comme très souvent, les poissons sont près des bordures. Moins il y a de fil dans l'eau, moins le courant n'a d'emprise sur lui. Ce qui limite d'autant les grammages nécessaire pour bloquer les lignes sur le fond. En ce moment même, et en automne (enfin aux premières vraies grosses pluies) pour toutes ces raisons on va rechercher les poissons sur les berges côté amorti du courant.

L'été ce sera l'inverse, le profond sera en priorité recherché (donc côté courant). Le meilleur étant l'immédiat aval des barrages (quitte à pêcher dans le blanc de l'eau... et là il peut y avoir du monde : carpes, barbeaux, chevaines mais aussi sandres et silures... Tous les barrages sont bons, je recommande particulièrement ceux de Joinville le pont et surtout celui de Cergy Pontoise (celui que l'on voit depuis l'autoroute A86 quand on arrive à Cergy. C'est un peu tordu pour trouver le chemin qui y mène depuis la sortie d'autoroute jusqu'à la bonne berge mais je vous promets, çà vaut le coup !

peche carpe

Vues les difficultés techniques de la pêche, je ne pêche ces endroits qu'avec deux cannes (très rarement trois). Il y a bien assez à faire !! Les poissons sont beaucoup plus actifs en rivière qu'en étang. Eté comme hiver d'ailleurs. L'hiver l'aval d'une usine électrique étant un très bon plan. Pour la pêche seulement parce que question cadre... Tu ne sais jamais à l'avance quel poisson va mordre.

C'est toujours la surprise. Carpes (en seine plus qu'ailleurs les carpes de plus de 20 kg ne sont pas rares) et barbeaux (certains font plus de 7 kg... et font des combats aussi costauds que des carpes). Côté "indésirables" grosses brèmes et chevaines... Depuis quelques années, un autre poisson moustachu prend le pas sur les autres : le silure. Il ne faut surtout plus faire d'amorcage massif, même à la graine, en seine. Ce ne seront plus les carpes qui seront sur le poste. Sur un enduro, au niveau de Courbevoie, j'en ai vu pris à la tigernut et qui vomissaient graines et bouillettes sur les tapis de réception...

Revenons à nos carpes, par définition, ce sont des poissons qui vivent dans le courant (en très bonne condition physique donc) et qui ont de l'eau sous les nageoires... Donc, ce sont toujours des combats musclés et vu le nombre d'obstacles en tous genres qui peuvent trainer au fond de l'eau, sans parler des dréssènes) loin d'être tous gagnés à l'avance ! Côté technique pure, au niveau des montages, n'ayant pas à craindre les emmelages dûs aux lancers, j'utilise des bas de lignes plus longs qu'en eaux calmes : grosso modo de 30 à 40 cm de long. Sans sophistications aucunes. Surtout qu'il y a certains jours où on les refait souvent !! Sur les postes "hard" je n'hésitais pas à pêcher en plomb perdu... Voilà quelques grandes lignes très générales sur la pêche en rivière. Mais elles ont toutes leurs spécificités et leurs différences. Si l'un d'entre nous pouvait nous parler de la Loire ou du Rhône ce serait sympa !